Austin HealeyClub austin Healey

Club Austin Healey FranceJournée "mécanique" chez Jean Malisan

Il faisait enfin beau samedi matin, sur le terrain de vol à voile de Beynes où nous nous étions donné rendez-vous, pour démarrer avec un café au restaurant du terrain.

Sont arrivés 8 Healey : les De Falco venus de Rouen !, Nicolas Vauquelin et sa fille, les Richard, de l’Oise également, Marc Pointeau, Jean Yot, Derek Job, notre spécialiste anglais avec sa 100-6 voir www.healeysix.net, Hervé Chevalier et son épouse, et Michaël Gouvy. Plus Serge Bonello, mais en Porsche : l’Healey n’est toujours pas prête cf les 100 GT.www.austinhealey.fr

Bon, on convient de rouler doucement pour ne pas perdre Serge en route et nous voilà parti par l’itinéraire suivant :

Beynes, Thoiry, Septeuil, Dammartin, Longnes, Breval, Villiers, Breuilpont, Merey, Gadencourt, Croisy sur Eure, Vaux sur Eure, Hardencourt Cocherel, Jouy sur Eure, La Fontaine sous Jouy, St Vigor, Cailly sur Eure, Heudreville sur Eure.

Au garage chez Jean nous attendaient avec le champagne Jean Malisan et son fils, Jean-Pierre Roux, et les Robic sont arrivés de Rouen avec la Mini break bois « du Club » c’est à dire ex Galvier, et ex Plocque. Total sur la pelouse devant le garage : 10 Healey, pas mal pour une petite réunion entre amis.

L’apéritif permet de faire mieux connaissance avec les nouveaux venus au Club : les De Falco avec une Healey blanche et noire, les Richard avec une voiture entièrement rouge venant de chez Classic Car, et Marc Pointeau avec une bleue et ivoire importée d’Allemagne.

Le déjeuner est à 200 m à pied, ce qui est appréciable après quelques bouteilles de champagne. On referme le portail en laissant toutes les voitures en vrac sur le terrain devant le garage, et nous voilà 19 à table, avec une salle pour nous tout seuls, ce qui est sympa c’est une des caractéristiques qu’on aimerait trouver pour le dîner mensuel à Paris : pas facile …, et le menu « tout compris » est parfait. Certains connaissent visiblement très bien le patron, c’est chez Jean que Jean-Pierre avait restauré sa Lotus Elan, et Yves-Loïc son Healey : ils ont du venir assez souvent à l’époque !

Après le déjeuner on passe plusieurs voitures à tour de rôle sur le pont, notamment celles des « nouveaux », qui ne connaissaient pas forcément leur voiture sous cet angle. Un constat : ils ont tous les trois des voitures en bon état, mais la palme revient à Derek Job, avec un châssis absolument neuf.
halte à Montchauvetdes Healey de tous côtésle garage de Jeansous la voiture de Derek Joble break bois du Club Healeyso long Derek !logo
contact@club-healey.com